Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ASSOCIATION LE BAMBOU

A revoir ; Les KUA c’est quoi ? ; Instantané d’un stage

22 Janvier 2017 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #VIE DE L'ASSOCIATION LE BAMBOU

 

 

          A l’occasion du dernier stage, au cours de l’atelier du dimanche matin consacré aux exercices de base, Claudy Jeanmougin a présenté le commencement de la forme du taiji quan, le mouvement Qi Shi (ouverture, commencement) en insistant sur l’ouverture des kua, puis sur les mouvements du bassin pendant la montée des bras. Nous nous intéresserons plus particulièrement à ces kuas.

 

          Bien sur,  dès que ce mot a été prononcé, l’inévitable question s’est posée ; c’est quoi les kua (c’est quoi les quoi ?) Plus sérieusement, comme l’a précisé Claudy, la consultation d’un dictionnaire quelquefois s’impose,  un de ceux-ci, le Ricci dictionnaire de chinois classique indique cette définition :

 

KUA kua.JPG

(Ricci 2757)

Entrecuisse ; cuisse ; enfourchure des jambes





          Il insista donc beaucoup sur « l’ouverture de cette zone » dans le mouvement Qi Shi, il ne s’agit pas selon lui de mobiliser seulement le bassin vers la gauche puis vers la droite, mais d’ouvrir tout d’abord le kua à gauche en déplaçant le pied gauche latéralement puis d’ouvrir le kua à droite en ramenant le bassin de face. Voici les raisons qui le pousse à insister sur ce point [1]  « Trop souvent ces deux gestes sont réalisés mécaniquement sans une réelle conscience de ce qui se produit alors que cette préparation est fondamentale à nos yeux car avec ces deux gestes c’est toute la forme qui sera conditionnée… ».  A l’extrême il considère que si cette notion n’est pas appliquée pratiquer le reste de la forme a peu d’intérêt...

 

          Dans l’organigramme du taiji quan  (taiji quan biao jie) il est question de kua dans la partie consacrée au relâchement (song jing), le principe du relâchement doit être appliqué plus particulièrement sur les bras, la taille, les hanches (kua) et globalement sur le corps dans sa totalité. Ce relâchement des hanches (kua) pallie à l’insuffisance de relâchement de la taille (yao), l’ensemble bassin/colonne [2]

 

Mais où sont donc ces kua ?

 

         Dans une note, [3]Claudy  précisait que Sabine Metzlé avait indiqué que kua c’était le bassin avec les cuisses en cherchant ainsi à les différencier de yao. Rappelons que yao se compose de :

 

  • La taille (bassin +colonne)
  • La région lombaire contenant les reins (organes)[4]

 

          Un auteur américain a également détaillé ce que selon lui contient le kua, voici résumé ce que Bruce Kumar Frantzis [5]avance sur ce sujet. D’après lui,  le kua contient :

 

  • Les méridiens
  • Le bassin
  • Les articulations coxo-fémorales
  • Le sacrum et les premières vertèbres lombaires
  • Les muscles psoas, iliaques et adducteurs
  • Le diaphragmes pelvien (peut-être parle t’il du périnée ?)
  • La partie inférieure de l’intestin et le rectum

colonne-hanche.jpg

Le kua selon Frantzis

 

          Première constatation, l’articulation coxo-fémorale se trouve être le point-centre de cet ensemble,  l’ouverture du kua prend sa source dans les hanches, son action se propage de proche en proche vers le bassin et l’intérieur de celui-ci et vers la cuisse et l’entrecuisse. Remarquons que comme Frantzis considère le psoas comme un des constituants du kua, du fait de ses insertions sur les lombaires, zone plutôt apparenté à yao, les deux ensembles kua et yao ici se confondent quelque peu. Il est vrai que l’ouverture du kua est souvent associée à un mouvement de flexion de la taille (de la colonne), les deux ensembles yao et kua fonctionnent donc de concert et possèdent des éléments communs ; bassin et colonne lombaires. Mais chose essentielle, l’importance de la conscience de la taille reste cependant primordiale vu qu’elle est au centre et à l’origine des mouvements, le kua semble être donc à ses ordres, d’ailleurs Claudy nous répète souvent de fléchir la taille avant d’engager un mouvement de rotation du bassin (ceci afin de protéger les lombaires) mais n’est-ce pas ainsi agir tout d’abord sur la taille et ensuite sur le kua ?

 

          Revenons au livre de Frantzis, il y propose des exercices dont quelques uns sont utilisés comme exercices de base dans notre style, il est donc intéressant d’y jeter un coup d’œil. Dans beaucoup de ceux-ci, il est fait mention de l’ouverture ou de la fermeture du kua, par contre il ne fait pas à ma connaissance mention de yao, peut-être les confond il ? En tous cas, son étude sur le placement du corps en statique et dans les exercices dynamiques est digne d’intérêt.

 

          Une nouvelle fois dans ce dernier stage, nous avons apprécié les éléments apportés au cours du week-end qui comprenait plusieurs domaines ; la respiration, le placement corporel et la différentiation entre yong fa (étude du sens martial du geste) et pratique martiale. Même si quelquefois et des fois plus, ils remettent en question nos habitudes, nous bousculant quelque peu,  ils nous entrainent  vers de nouvelles pistes,  vers un changement, vers un renouveau.

 

 

 

[1] Yangjia michuan taiji quan tome 3 C.Jeanmougin p 137

[2] Voir page 46 Les principes essentiels du taiji quan traduction et commentaires C.Jeanmougin

[3] P 50 principes essentiels du taiji quan C.Jeanmougin

[4] P 32 principes essentiels du taiji quan C.Jeanmougin

[5] Qi gong ouvrir les portes de l’énergie du corps B.K. Frantzis Guy Trédaniel Editeur

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Shihan 15/02/2011 19:53



Hello,


Sur ce sujet, le centre Xian en Anjou organise un stage animé par F. Schosseler, suivre ce lien :


http://www.centre-xian.fr/?p=277