Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ASSOCIATION LE BAMBOU

lexique

CHERCHER L’AIGUILLE AU FOND DE LA MER ; REFERENCE A LA PERIGRENATION VERS L’OUEST DE WU CHENG’EN

10 Juin 2021 , Rédigé par Association Le Bambou Publié dans #LEXIQUE

 

 

LE TEXTE

          

Mission difficile si l’on prend cette expression au pied de la lettre, moins aisée que de la chercher au milieu d’une botte de foin. Plus sérieusement  ce mouvement fait référence à un passage du livre Xiyou ji (la pérégrination vers l’ouest)  de   Wu Cheng'en (1505-1580).

           Ce texte appartient aux « quatre livres extraordinaires » qualité qu’il partage donc avec « L’histoire des trois royaumes », « Au bord de l’eau », et « Le rêve dans le pavillon rouge ». Il décrit l'expédition en Inde, au VIIe siècle, du bonze Xuanzang (602-664) accompagné par le singe Sun Wukong, le cochon Zhu Bajie, et le bonze Shaseng

 

 

 

LA RECHERCHE D'UNE ARME A SA CONVENANCE

         

Parmi les innombrables aventures et péripéties contées dans cet ouvrage, celle qui nous occupe conte la recherche par Sun Wukong d’une arme à sa convenance. Sur les conseils des quatre vieux singes qui sont ses vénérables conseillers, il part rencontrer le roi-dragon de la mer orientale, selon ceux-ci ce roi détiendrait une arme en rapport avec sa force, Sun Wukong déclina successivement sabre, fourche à neufs dents, hallebarde, armes regardées comme trop légères pour cet immortel. Le roi-dragon restait sans voix et sans solutions face aux exigences de Sun Wukong. La situation se débloqua enfin lorsque la mère du roi-dragon se souvint qu’une masse de fer magique était entreposée parmi leur trésor, celle-ci avait servi à niveler la voie lactée, et Yu le grand ([1]) lui-même l’aurait utilisée afin de fixer le niveau des mers et des rivières, cette arme magique semblait destinée à régler les affaires du ciel et de la terre.

 

          Ce pilier de fer nommé « bâton magique à pommeaux d’or » avait la particularité de répondre aux requêtes de Sun Wukong, il obtenait à l’appel de sa voix une arme selon sa convenance adaptée au besoin du moment. Il pouvait ainsi la transformer en aiguille qu’il dissimulait derrière son oreille, ni vu ni connu, une arme terrible réduite à une simple aiguille inoffensive, quelle arme redoutable ! Quelle malice de notre roi-singe !

           

Cette aiguille au fond de la mer évoque donc l’arme fétiche de Sun Wukong. Il pouvait aussi  la transformer en redoutable masse atteignant en haut le trente-troisième ciel en en bas le  dix-huitième creux de l’enfer, il s’en servit à l’occasion d’argument de « poids » afin de se retirer lui-même du registre du roi des morts afin de pouvoir jouir sans limite de son immortalité, encore une de pitreries..

         Ces deux épisodes, l’entretien avec le roi-dragon et celui du registre, lui couta une convocation par l’empereur de jade, mais pour tout savoir sur la suite,  il vous faudra lire ces aventures dans le Xiyou ji !

 

 

LE MOUVEMENT "CHERCHER L'AIGUILLE AU FOND DE LA MER" (style Yangjia michuan taiji quan)

 

           La pique des doigts index et majeur réunis fait penser à une aiguille, le fait de lier deux doigts et de les diriger dans une direction précise exprime une concentration de l’énergie, on trouve cette position de doigts dans la plupart des techniques d’armes du taiji quan, dans la forme de l’épée cette position est considérée comme une deuxième épée, destinée à viser les points vitaux du corps.

          Dans le geste « chercher une aiguille au fond de la mer » cette pique des doigts vient appliquer une pression vers le coup de pied de l’adversaire. Le fait de baisser la main permet quant à elle une libération de saisie de la main ou du poignet.

        Le mouvement descendant symbolise la descente au fond  de la mer afin d’y ramener cette aiguille magique.

 

__________________________________________________

A LIRE

Le singe pèlerin ou le pèlerinage d’Occident Wou Tch’eng-En

En BD Le voyage en Occident T1 la naissance du roi singe Chen Weidong et Peng Chao

et Le dieu singe volume 1 Morvan et Jian Yi

A VOIR

En DVD le royaume interdit de Rob Minkof 

___________________________________________________

Sources photos

www.istockphoto.com

 

[1] Ancêtre de la culture chinoise, Da Yu fonda la dynastie Xia 2207-1766

Lire la suite

Les caractères XU et SHI ; vide et plein

15 Mars 2021 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

 

DEFINITION ET ETYMOLOGIE DES CARACTERES XU ET SHI

  

Les idéogrammes         Xu--vide.png           et             shi--plein.JPG        sont utilisés afin d'exprimer le vide et le plein dans les textes chinois pris comme références dans cette étude. Dans d’autres textes, nous pouvons trouver des caractères différents qui expriment cette même notion.[1] Nous avons eu recours pour cette partie au dictionnaire français de langue chinoise Ricci, et aux leçons étymologiques de l’ouvrage de. L. Wieger, « Caractères chinois ».

 

DEFINITION ET ETYMOLOGIE DU CARACTERE XU

 

Définition de l’idéogramme XU

   XUXu vide

Ricci (2070)

Vide ; creux (philos, chin, spécialt tao) vacuité(qualité première de l’être indifférencié)

absence de toute pensée, de tout désir, de tout projet (Boud.) Vide, vacuité, relativité de toute chose par rapport à l’absolu

Trou Vacant, inoccupé Faux, mensonger, illusoire Vain, inutile Faible, débile Craintif, timide, humble Firmament ; espace céleste. Direction (dans l’espace)

Lieu d’habitation, résidence (Astro.chin.)   la 11ème des 28 mansions comprenant bêta du Verseau, alpha du Petit Cheval et de petites étoiles  

   

Etymologie de l’idéogramme XU 

Il peut se décomposer en deux éléments[2], HU et QIU

 

 


HU

 Hu--raies-du-tigre.JPG

Leçons étymologiques 135 A

Images des raies qui ornent la peau d’un tigre  

 

QIU

 Qiu-point-culminant.JPG

Eminence, point culminant [3]

 

Lavier dans son « Bio-énergétique chinoise » p 177  apporte cette explication: « deux hommes dos-à-dos sur un sol nu, cherchant probablement leur nourriture, car les gloses précisent qu’il s’agit d’un désert où rien ne vit, le tigre étant passé pour tout dévorer ». D’autres auteurs[4] y voient « des petites pousses, toujours pareilles ; c’est la surface de la terre avec quelque chose de minuscule qui apparaît sur le sommet d’une colline dénudée »

Wieger précise que du plateau, on voit dans les quatre directions, c.-à-d, dans toutes les directions ;  point culminant  

            

Etymologie de l’ ensemble  du caractère

 

XU  Xu vide

 

Leçons étymologiques.27 H

Un haut plateau. Et comme ces plateaux sont généralement incultes et déserts, vide, qui ne contient rien.

Il est important de noter que cet espace à l’origine n’était pas vide, il a été vidé, nettoyé par un tigre.  

 


DEFINITION.ET ETYMOLOGIE DU CARACTERE  SHI

 

Définition de l’idéogramme SHI  

  SHI  

 shi plein

Ricci (4361)

Plein ; massif ; Substantiel. remplir Complet ; parfait. Réel, authentique ; vrai ; Véritable. Réalité ; fait. Sincère ; honnête.

Fruit ; graine ; (fig.) fruit ; résultat Choses de valeur ; richesses ; biens Proportionné ; convenable  

  

Etymologie de l’idéogramme SHI

 

            Il se décompose en trois éléments :

 


MIAN

Mian--toit.JPG

Leçons étymologiques 36 A

Figure d’une case. Toit, maison  

 

 

 

           deux-cauris.JPG

  Leçons étymologiques 153 A

Percer, enfiler, lier ensemble divers objets. La primitive figure deux objets (séparés par le trait vertical), deux cauris dit la Glose, enfilés (trait horizontal)  


PEI 

Pei--cauris.JPG

Leçons étymologiques 161 A

Cauris, petit coquillage dont les enfilades servaient de monnaie aux anciens. Ils eurent cours concurremment avec les sapèques inventées beaucoup plus tard, jusque sous les Quin (3ème siècle A.V J.C);  Alors les cauris furent démonétisés. Le caractère figure le coquillage, et le pied avec lequel il se meut.  

   

Etymologie de l’ensemble du caractère


SHI  shi plein

Leçons étymologiques 153 A

Sens primitif, avoir des ligatures dans sa maison, être vraiment riche, et non pas en apparence seulement. De là le sens actuel qui est à l’intérieur comme à l’extérieur, massif, homogène.  

 

          Le caractère contient l’image d’un espace vide servant  à entreposer des richesses, l’ensemble prend le sens de plénitude. Lao zi dans son chapitre XI nous décrit la qualité du vide: « trente rayons se joignent en un rayon unique, ce vide dans le char en permet l’usage. D’une motte de glaise on façonne un vase, ce vide dans le vase en permet l’usage. On ménage portes et fenêtres pour une pièce, ce vide dans la pièce en permet l’usage, l’avoir fait l’avantage mais le non-avoir fait l’usage » Cette phrase fameuse de Lao zi est bien en accord avec le sens de l’idéogramme. Le vide possède une force, on serait tenté de dire un « avantage » dont l’origine provient paradoxalement de son apparente faiblesse. Comparons maintenant les images contenues dans les deux idéogrammes :    

 

Images contenues dans l’idéogramme             Xu Vide

Images contenues dans l’idéogramme Shi plein

Espace ouvert, infini, plateau, point culminant, direction

Espace cloisonné

Nu, désolé, pauvre

accumulation de richesses

Vient d’être vidé (par le tigre…)

Parce qu’il est vide, peut être rempli

                                                          

            Présentées sous la forme d’un tableau, les notions de vide et de plein semblent s’opposer mais il n’en est rien. Dans la représentation du yin-yang , l’œil de chacun des poissons exprime l’idée que chacune des deux valeurs contient l’autre en germe, n’y a t-il pas quelque chose de semblable entre le vide et le plein ? N’y a t-il pas un germe de l’un dans l’autre. La complexité de la notion du vide et du plein n’a pas manqué d’intéresser les penseurs chinois, nous allons pouvoir continuer à étudier le couple vide et plein. 

 


[1] Voir chapitre  15 le vide et les plénitudes dans « Aperçus de médecine chinoise traditionnelle » Schatz, Larre, et Rochat de la Vallée

[2] Appelées primitives : ce sont des éléments formels significatifs, non susceptibles de décomposition ultérieure en parties significatives (d’après Wieger)

[3] Wieger p 80

[4] Shatz, Larre, Rochat de la Vallée dans « aperçus de médecine chinoise » p98      


Extrait d'un mémoire de l'IFAM "Vide et plein, le taiji quan des premiers pas" Cet article inaugure une série d'articles présentant des extraits de ce mémoire, celui-ci exprimait une réflexion personnelle sur le vide et le plein, veuillez bien en excuser les imprécisions et les erreurs qui ont pu s'y glissées, ceci n'ayant pas la prétention de résumer ce sujet si vaste...

Lire la suite

Yi Jin Jing

9 Mars 2021 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

Définition, étymologie des caractères

 

 

 

 


yi--changement.JPG Yi

Echanger ; tronquer. Changer ; modifier. Changement ; transformation, mutation

(Ricci 2356)

 

Figure d’un lézard, probablement le caméléon.

Primitive. En haut la tête ; en bas, les pieds agiles du reptile

Sens étendu, agile, facile, changer, transformer (Wieger 101)

           Les deux caractères qui composent le Yi Jing, l’un des livres classiques de la Chine, sont identiques à ceux qui composent le Yi Jin Jing. De là à relier ce texte et cet enchaînement, nous ne le tenterons pas, si une influence peut se faire jour, c’est bien celle du bouddhisme indien qu’il soit du Hinayana (Petit véhicule) ou du Mahayana (Grand véhicule).

 

jin--muscle-tendon.JPGJin

Tendon ; muscle ; (rarement) nerf,  Force musculaire ; force physique (Ricci 931)

 les parties de la chair
Rou--la-chair.JPG
élastiques comme le bambou

zhu--bambou.JPG
qui font la force  
Li--la-force.JPG



jing--canon.JPG 
Jing

(Wieger 65)

livres canoniques, confucéens (les classiques), taoïstes, bouddhiques (sutras), chrétien (la bible), etc.

Traité d’un art ou d’une technique.

(Formule de) prière (Ricci 979) 

 

          Jing se compose de Mi (le caractère de gauche) signifiant fil fort et de Jing (le caractère de droite) signifiant les veines d’eau souterraine qui jouent un si grand rôle dans la géomancie chinoise…sens primitif examiner les eaux souterraines (Wieger 92 et 12)

 
bambou-force-souplesse.jpg
Voici deux traductions parmi les plus usitées de ces trois idéogrammes :

  •  traité des mutations des tendons et des muscles
  • traité de la transformation des tendons et des muscles

Il faut savoir que s'il y a eu un écrit, il semble avoir été perdu.

Quelles peuvent être ces transformations ? Augmenter la force, améliorer la souplesse. Comment ? En alternant des phases de contraction musculaire et des phases de relâchement. Remarquons également la force du symbole ici, par l'image du bambou dans la graphie qui évoque la souplesse du végétal. 

__________________________________________________________________________

Pour en savoir plus, suivre ce lien sur le blog Corps souffle dao :

http://corps-souffle-dao.over-blog.com/tag/Yi%20jin%20jing/

Autre lien sur ce même blog un petit texte sur le symbolisme des formes du yi jin jing à acquérir :

http://corps-souffle-dao.over-blog.com/yi-jin-jing-symbolisme.html___________________________________________________________________
Caractères chinois L.Wieger  

Dictionnaire français de la langue chinoise Institut Ricci

http://zhongwen.com

 

 

Lire la suite

L'idéogramme ZHU

1 Mars 2021 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

 

 SENS DE L'IDEOGRAMME ZHU 

 

  

ZHU (Ricci 1144) Bambou, instruments de musique en bambou, flûtes (une des huit espèces d'instrument)      

 

 

 

 

 ETYMOLOGIE  

 

           ZHU le bambou, végétal dont les rameaux ne sont pas dressés mais pendants.(Wieger 77 B)

          On peut mesurer l'importance du bambou dans la civilisation chinoise par le nombre d'idéogrammes qui contiennent le radical n°118 ZHU dans leur graphie. Nous ne pouvons évidemment les énumérer tous vu leur nombre (un peu plus de 200), par contre nous avons pu remarqué que l'idéogramme du bambou était présent dans des idéogrammes relevant de domaines très différents :

  •      la cuisine (les pousses de bambou)
  •      les instruments de cuisine
  •      les armes (la plus simple et rudimentaire ; un simple pieu de bambou coupé en biseau à une extrémité) 
  •     les outils
  •      ce qui sert à délimiter (haie, palissades)
  •      les instruments de musique
  •      ce qui a un rapport avec la coiffure, donc l'apparence
  •      l'écriture (tablettes et pinceaux en bambou)

 

____________________________________________________ 

A lire dans le bibliothèque du bambou (encore lui !):

L'ESPRIT DU BAMBOU

Au japon, le bambou est considéré comme un matériau merveilleux. Il accompagne la vie quotidienne des japonais depuis les temps les plus reculés..On a pu dénombrer jusqu'à 1 400 usages du bambou

 

LES BAMBOUS ROLAND KIRIKAS

Les choix des variétés, la culture, les utilisations du bambou (de nombreuses adresses où se procurer des bambous)

 

LA BAMBEROUSERAIE

Histoire et découverte du parc exotique d'Anduze

A voir :

LE SECRET DES POIGNARDS VOLANTS ZHANG YIMOU

Même si l'on peut reprocher à ce film son scénario, Zhang Yimou nous livre un « film de sabre » virevoltant, dynamique et d'un esthétisme proche de la perfection ;  la scène de la poursuite dans la forêt de bambou en est une exemple parfait. 

 

Lire la suite

Ba Duan Jin ; sens des caractères, étymologie, symbolisme

23 Février 2021 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

Etude des idéogrammes ba, duan, et jin



 l'idéogramme ba
 
étymologie :
Wieger 18 A[1] Sens étymologique, diviser, partager. Primitive figurant la division en deux, la séparation. Ce caractère signifie maintenant huit, ce nombre étant facile à diviser en deux parties égales ( quatre est une espèce d’unité dans les calculs chinois)
 
définition
ba-huit.JPGba        signifie huit  (Ricci 3724 )    
 
A propos du chiffre huit, G.Charles affirme que le ba duan jin fait référence aux étendards utilisés par les corps des troupes sous les ordres du général Yue Fei. D’après lui ces étendards portaient en insignes les huit trigrammes du Yi Jing, les exercices du ba duan jin auraient donc un lien avec ces étendards. Ces troupes avaient un régime spécial, elles étaient choyées par leur commandant puisqu’ils possédaient dans leur instruction militaire un enchaînement destiné à les maintenir en bonne santé (le ba duan jin), des techniques de combat pour se défendre, et surtout l’exemple (toujours leur commandant) d’une droiture morale sans égale.
 
            D’autre part, nous trouvons également associés au chiffre huit les immortels taoïstes et aussi les objets sacrés du bouddhisme (ba ji xiang) Rattacher le ba duan jin aux trois grands courants philosophiques de la Chine, taoïsme, bouddhisme, et confucianisme, nous tente beaucoup. Le chiffre 8 est considéré comme le chiffre le plus favorable parce qu’il rime avec fa (prospérer, atteindre la richesse)[2]
 
étude de l'idéogramme duan


          Deux caractères d'écriture différente possédent la même transcription phonétique. Les voici : 
duan-partie.JPGcelui-ci signifie section ; partie ; division ; fragment ; morceau ; paragraphe. Pièce (de tissu) (Ricci 5310) 
     
duan-satin.JPGtandis que le deuxième signifie satin.
 
 
étude de l'idéogramme jin
 
          Trois idéogrammes différents possèdent cette transcription phonétique.
         Cet idéogramme jin-brocart.JPG signifie Tissu à fleurs de diverses couleurs ; brocart.
                                               Orné ; fleuri ; aux couleurs vives
                                                           Joli ; élégant. (Ricci 942) 
 
Un brocart est un textile à motifs tissés dont certaines parties font saillies, ce qui lui donne l’air de broderie. Le motif est obtenu grâce à l’utilisation de trames supplémentaires. On utilisait des fils d’or et d’argent pour les parties saillantes[3].
 
 
 
d--tail-brocart.JPGdétail d’un brocart (deux dragons encadrant un symbole de longévité)
 



1er proposition de traduction :
 
ba-huit.JPG duan-partie.JPGjin-brocart.JPG    
Les huit (ba)  pièces (duan) de brocart (jin)  
           Gardons à l’esprit l’image d’un tissu à motif floral de couleurs vives. 



2ème proposition de traduction 

ba-huit.JPGduan-satin.JPGjin-brocart.JPG
Les huit (ba) de satin  (duan) de brocart (jin)  



Deuxième caractère dont la transcription phonétique est jin
jin-or.JPGCet idéogramme signifie Or. Précieux (comme l’or) ; Doré ; jaune comme l’or. Métal. Métallique Dur ; résistant comme le métal (Ricci 941)
 

Les deux sens possibles pour jin ; brocart et or ont ceci en commun, les fils d’or ou d’argent, (de métal précieux) utilisés pour les motifs brodés. Ces trésors nous font évidemment penser aux trois trésors de l’alchimie taoïste : 

Jing, Qi, et  Shenjin-g-essence.JPGqi-souffle.JPGshen-esprit.JPG


          Ces trois trésors correspondent à une étape de la transformation intérieure selon la voie taoïste :

·          l’essence (jing) est sublimée au niveau du dantian inférieur (zheng dantian) et se transforme en souffle  (qi)
·          le souffle (qi) est sublimé au niveau du dantian médian (zhong dantian), pour se transformer en énergie spirituelle (Shen)
·          l’énergie spirituelle (Shen) est sublimée au niveau du dantian supérieur (shang dantian)
et retourne à la vacuité (xu)
  


          Nous trouvons aussi qualifiés de trésors, une série d’objets rattachés au bouddhisme mais qui contiennent des objets de lettrés. Cette série de 14 objets (quatorze trésors ou trésors divers) étaient à l’origine composée de huit objets, nommés huit trésors ou huit objets précieux (ba bao), symboles de porte-bonheur.[4] Ces trésors sont utilisés comme motifs de décoration sur les objets de décoration (vaisselle, habillement, boites, théière …)
bouddha-lingot-argent.JPGUn bouddha portant un lingot d’argent
 


Voici ces 14 trésors :

 

Perle précieuse, bao zhu
         Sapèque, Gu Qian
Rhombe double, Ling Fang
Lithophone, Qing
Livres, Shu Ben
Corne de rhinocéros, Xi Jiao
Feuille de bananier, Jiao Ye
Rouleaux de peinture, Hua
Tripode, San Jiao Ding
Lingot d’argent, Yin Ding
Nuage bénéfique, Xiang Yun
Champignon d’immortalité, Ling Zhi
Feuille d’érable, Feng Ye
Feuille d’achillée, Ou Shi Cao

assiette-maestrickt.JPGQuelques uns de ces trésors sur cette assiette société céramique Maestrickt

 


 3ème proposition de traduction :

ba-huit.JPGduan-partie.JPGjin-or.JPGLes huit (ba)  morceaux (duan)  précieux (jin).

          En effet, ces exercices sont précieux pour la santé.



4ème proposition de traduction 

ba-huit.JPGjin-or.JPGLes huit (ba) trésors (jin)
          En posséder huit (trésors) n’est-ce pas être immensément riche ?


Troisième caractère dont la transcription phonétique est jin
soie-rouge.JPGIl signifie Pièce de soie rouge (Ricci 933)
 



5éme proposition de traduction :

ba-huit.JPGduan-partie.JPGsoie-rouge.JPGles  huit (ba) pièces (duan) de soie rouge (jin
  
 
 
Autre sens prêté à ba duan jin
 
Nous avons mis cette proposition à part étant donné qu’elle est absolument différente des précédentes, pour plus de clarté, voici cette autre série de caractères. Ceci a été rapporté par Maître Liang chao qun dans une interview, il affirme que son maître Wan Laisheng lui a livré cette autre interprétation. Voici les idéogrammes et leurs sens : 
 
Ba ba-tirer.JPGsignifie Tirer (de bas en haut) ; tirer de ; extraire ; arracher ; (fig.) extirper (Ricci 3731)

Duan duan-tirer.JPGsignifie Couper ; trancher ; casser ; briser ; rompre ; séparer (Ricci5308)
Jin  jin-tendon-copie-1.JPG signifie Tendon ; muscle ; (rarement nerf)
Force musculaire ; force physique (Ricci 931)
 

          Le sens des idéogrammes met fortement l’accent sur la fonction musculaire. L’action d’étirer et de briser peut s’agir de développer à l’extrême les qualités musculaires, force et souplesse.
 
 
 
6éme proposition de traduction pour les idéogrammes :
ba-tirer.JPGduan-tirer.JPGjin-tendon-copie-1.JPGDévelopper (ba duan)  force et souplesse (jin) 


 
          Ces différentes propositions nous livrent une palette large des sens qui peuvent être attribués à cet enchaînement. Nous trouvons pêle-mêle les images suivantes :
           
  • La brillance de la soie
  • Les métaux précieux (or et argent)
  • Le rouge (associé au sang, aux muscles)
  • La force musculaire 
 
          L’énergie du métal est très présente (or, argent, ce qui brille ……), l’énergie du bois se manifeste dans la fonction musculaire ; force et souplesse.
 
[1] 18 A correspond à la classification des primitives selon Wieger voir Wieger caractères chinois Taichung 1978
[2] Voir bonheur, bonheurs par Vivien Sung édition Seuil chronicle
[3] « Tissus d’intérieur »C. Clifton-Mogg Minerva 2003
[4] Voir p 208 dans « Le magot de Chine » Situ Shuang éd You-Feng 2001

    
Lire la suite

Song jing

16 Février 2021 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

Song Jing appartient aux principes animant la pratique du taiji quan, les images contenues dans les idéogrammes exprimant cette notion peuvent nous aider à élargir notre compréhension de ce principe présent non seulement dans la tradition du taiji quan mais bien au-delà dans d'autres disciplines ou écoles.

  

Le caractère Song   SONG-d-tendu.jpg

 

 Etymologie

 Composé au-dessus de Biao   Biao-echevel-.JPG signifiant cheveux longs et flottants (Wieger 113)

 

 arbre-toujours-vert.jpgEt au-dessous de Song Song.JPGsignifiant conifères  (Wieger 18) arbres verts en général (série phonétiques 380 Wieger)

  

Définition 

Cheveux épars ; échevelé

Peu serré ; lâche ; détendu ; desserré ; détendre ; relâcher (Ricci 4590)     

L’image de cheveux libres exprime l’idée de se mettre à l’aise, de se défaire, de déserrer des liens, de se délasser comme lorsque l’on arrive chez soi et que l’on se met « à l’aise ». L’idéogramme Song contient l’image d'un végétal toujours vert lié à l'élément bois, image de la jeunesse, de la souplesse et du début de la pratique.

  

Caractère Jing     jing.jpg

 

 Etymologie   

Composé à gauche de Shui Shui-eau.JPGcours d ‘eau, eau (Wieger 12)      
Et à droite de   Zheng Zheng-lutter.JPGsignifiant tirer en sens contraire ; se disputer ; lutter (Wieger 49)

 

Définition

 Propre, pur, limpide, purifier, nettoyer, laver, dépouiller entièrement, vider, vide, nu, net

 (Ricci 972) 

Les caractères Song et Jing expriment donc deux notions ; tout d'abord le relâchement, il est obtenu par plus de naturel, par un retour à plus de spontanéité (l’image de cheveux défaits, libres) en deuxième nous trouvons l’action de l’eau ;  nettoyer, vider, éliminer les tensions physiques et psychiques afin de favoriser l'action.

 

Wang Yen Nien a également utilisé l’expression suivante ; 

Fang SongFang--rel-cher-lib-rer.JPGSONG-d-tendu.jpg
                 
        

afin d’exprimer cette même notion.

    

Fang  Fang--rel-cher-lib-rer.JPGsignifie :

Paître faire paître, relâcher, lâcher, laisser aller, donner libre cours à (Ricci 1532)

 

Ici, l’association des idéogrammes Fang et Song exprime un renforcement du relâchement par le biais du doublement de caractères exprimant la même chose ou presque ; Fang Song c’est relâcher et relâcher encore ou plus simplement deux fois lâcher .

   

 « Il faut être relâché jusqu'à ce que le corps soit vide de toute tension musculaire. La pensée, elle, reste vive. Si l’esprit est vif, mais le corps ni souple ni relâché, on ne peut dépasser les limites imposées par la force externe et physique » Wang Yen Nien extrait de « Concepts importants sur le tui shou » 

    

Cette notion de relâchement n’est donc pas propre au taiji quan, nous le trouvons revêtu d’une aussi grande importance dans la tradition du Ling Bao Ming à travers un exercice issu des yi yin fa de cette école présentant quatre principes donc celui qui nous occupe : « Utiliser le minimum d’effort pour obtenir le maximum d’effet » Shi Ban Gong Bei [1] Ce premier principe est une porte d’entrée de la pratique, mais il ne s’agit pas uniquement d'une recherche d'une détente physique, Taisen Deshimaru parle du principe de Sutemi [2] qu’il présente comme le fait « d’ abandonner le corps et d’ abandonner l’esprit », c’est aussi pour lui l’oubli de l’ego. L’action s’effectue sans force physique ni mentale, le but semble s’évanouir pour aboutir à la conscience de l’instant, présent aux gestes, présent aux choses, à « l’ici et maintenant » cette force vécue dans l’instant présent est une des conséquences du relâchement physique et psychique.

 

Dans l’étude des "quatre principes" du Ling Bao Ming, le principe de « minimum d’effort pour résultat double » inaugure "l'enchaînement des quatres principes", il est suivi par le principe Bao Kuo "ici et maintenant" mis en relation avec un mouvement descendant relié au mouvement du métal, marqué par le dépouillement ; ce dépouillement c’est l’ego qui s’évanouit.

 L’école Hakko Ryu a une proposition très proche de la précédente et place également ce « lâcher prise » en première lieu  dans sa phase d’étude, il s’agit d’une maxime très semblable à celle du Ling Bao Ming, voici cette sentence :

 La capacité de concentration d’énergie et d’action directe ; (3)agir avec moins d’effort pour plus d’efficacité, en bas de cet article le détail de ces principes.

  Elle rejoint la formule favorite du créateur du judo (littéralement voie de la souplesse) ; Jigoro Kano qui était « Seiroku Zenyo » (meilleur usage de l’énergie)  Ce principe est enraciné dans la pensée asiatique depuis bien longtemps, on en trouve trace dans un des textes les plus importants du taoïsme le Zhuang Zi, on attribue à Kung Fu Zi (Confucius) cette sentence en tout point semblable au principe commun  des écoles du Hakko Ryu Ju Jitsu, du  Ling Bao Ming et du judo.

 

« Agir avec le minimum d’effort et obtenir le maximum de résultats, telle est la voix du saint »

 

 

En utilisant le minimum d’effort physique et mental, l’énergie circule mieux. La dureté, les tensions freinent la circulation de l’énergie. C’est pour cette raison que nous trouvons ce principe dans ces différentes écoles traditionnelles alliant martial et santé. L’idée consiste à utiliser l’énergie (Qi ou Ki en japonais) plutôt que la force (LI)

 

Terminons cette étude (plutôt cette ébauche ou introduction par rapport au sujet) par deux phrases et laissons les résonner en nous afin de nous amener ainsi à réfléchir à comment obtenir plus de relâchement dans notre pratique, la première est une déclaration de Koichi Tohei Sensei 10ème dan d’aikïdo rapporté par B.Bordas, la deuxième est de  Zheng Manqinq le maître aux cinq excellences.

  

« L’attitude naturelle du corps est la décontraction, regardez les félins. Pour cela il faut que nous (l’esprit) soyons détachés. Si l’esprit se crispe, le corps se crispe. Le corps n’est que le reflet de l’esprit » Koichi Tohei

              

« Etudier le taiji c’est apprendre à se relâcher » Zheng Manqing

  

 ____________________________________________________

Sources :

Bulletin de l’amicale du Yangjia michuan n°27

Caractères chinois L. Wieger

Dictionnaire français de la langue chinoise Institut Ricci

Yangjia Michuan taiji quan Tome 1 C.Jeanmougin Editeur Ecole Française de taiji quan

http://zhongwen.com

http://www.passion-ninjutsu.com/  

A lire pour en savoir plus :

p 43-50 Les principes essentiels du taiji quan C.Jeanmougin GRDT

Annexe : Source SHIATSU MODULE 1 ARTEC P.JASINSKI

        5 principes essentiels Hakko Ryu 
 
 

[1] Voir Traité d’énergie vitale G.Charles p 133-142 et Principes du Dao Yin Fa J.L Saby revue Wen Wu n°1
[2] P80-82 Zen et arts martiaux Taisen Deshimaru 
(3) SHIATSU MODULE 1 ARTEC P.JASINSKI p 40

En savoir plus sur les techniques inspirées par ce principe :
Lire la suite

Le point yong quan (yong k'iuan ou yong ts'iuan)

9 Février 2021 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

  LE POINT YONG QUAN  (1)

 

 

 Sens de l'idéogramme Yong

Jaillir. Monter ; s’élever ; surgir

(Ricci 5874)

  yong--jaillir.JPG

 

Sens de l'idéogramme Quan 

Caractère ancien : signifie une source qui jaillit de terre, et s’écoule en filet. Au centre, le jet qui sourd de terre. En haut, l’étalement. Sur les côtés, l’écoulement.  

  Quan-caractere-ancien.JPG

Caractère moderne : Source (pr. et fig.) ; fontaine (Ricci 1386)   

  Quan--source.JPG

   

le caractère moderne est une confection arbitraire 

 

de eau

  Eau.JPG

 et de  pure

 

  pure.JPG

 

Ce dernier idéogramme, lui même composé de (2) 

le soleil

  Ri-soleil.JPG

le soleil qui point . Ce qui est figuré par une petite pointe au sommet. L’aube, alors que l’orient blanchit. Clarté, blancheur

  pure.JPG

 

            Au regard de ces divers éléments, yong quan fait naître l’image d’une eau pure et lumineuse issue de la terre. Cette lumière est semblable à celle qui émane d’une étendue d’eau éclairée par le soleil levant, blanche et brillante. Proposer “source bouillonnante” ou bien “fontaine jaillissante” comme traduction pour yong quan nous convient  parfaitement puisqu'elles reflétent toutes deux la puissance, l'énergie et la pureté d'une eau de source. Il est à noter que l’eau apparaît dans les deux caractères, du reste zu shaoyin, le méridien des reins est également associé à l’élément eau. 

 

Localisation

 

Dans le creux à la jonction du tiers antérieur et du tiers moyen de la plante du pied, point-yong-quan.JPGdans un creux entre 2ème et 3ème articulations métatarso-phalangiennes, en mettant les orteils en flexion plantaire.

 


(1) Ce point est sollicité pendant la pratique des dao yin qi gong et du Yangjia michuan taiji quan, plus particulièrement sur les mouvements dits d'ouverture quand le mouvement se génère vers le haut.

(2) voir Wieger leçon 88  


 Sources :

Caractères chinois Wieger Taichung

Précis d'acupuncture chinoise Editions Dangles


 

Lire la suite
1 2 3 4 > >>