Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ASSOCIATION LE BAMBOU

lexique

Ba Duan Jin ; sens des caractères, étymologie, symbolisme

23 Février 2021 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

Etude des idéogrammes ba, duan, et jin



 l'idéogramme ba
 
étymologie :
Wieger 18 A[1] Sens étymologique, diviser, partager. Primitive figurant la division en deux, la séparation. Ce caractère signifie maintenant huit, ce nombre étant facile à diviser en deux parties égales ( quatre est une espèce d’unité dans les calculs chinois)
 
définition
ba-huit.JPGba        signifie huit  (Ricci 3724 )    
 
A propos du chiffre huit, G.Charles affirme que le ba duan jin fait référence aux étendards utilisés par les corps des troupes sous les ordres du général Yue Fei. D’après lui ces étendards portaient en insignes les huit trigrammes du Yi Jing, les exercices du ba duan jin auraient donc un lien avec ces étendards. Ces troupes avaient un régime spécial, elles étaient choyées par leur commandant puisqu’ils possédaient dans leur instruction militaire un enchaînement destiné à les maintenir en bonne santé (le ba duan jin), des techniques de combat pour se défendre, et surtout l’exemple (toujours leur commandant) d’une droiture morale sans égale.
 
            D’autre part, nous trouvons également associés au chiffre huit les immortels taoïstes et aussi les objets sacrés du bouddhisme (ba ji xiang) Rattacher le ba duan jin aux trois grands courants philosophiques de la Chine, taoïsme, bouddhisme, et confucianisme, nous tente beaucoup. Le chiffre 8 est considéré comme le chiffre le plus favorable parce qu’il rime avec fa (prospérer, atteindre la richesse)[2]
 
étude de l'idéogramme duan


          Deux caractères d'écriture différente possédent la même transcription phonétique. Les voici : 
duan-partie.JPGcelui-ci signifie section ; partie ; division ; fragment ; morceau ; paragraphe. Pièce (de tissu) (Ricci 5310) 
     
duan-satin.JPGtandis que le deuxième signifie satin.
 
 
étude de l'idéogramme jin
 
          Trois idéogrammes différents possèdent cette transcription phonétique.
         Cet idéogramme jin-brocart.JPG signifie Tissu à fleurs de diverses couleurs ; brocart.
                                               Orné ; fleuri ; aux couleurs vives
                                                           Joli ; élégant. (Ricci 942) 
 
Un brocart est un textile à motifs tissés dont certaines parties font saillies, ce qui lui donne l’air de broderie. Le motif est obtenu grâce à l’utilisation de trames supplémentaires. On utilisait des fils d’or et d’argent pour les parties saillantes[3].
 
 
 
d--tail-brocart.JPGdétail d’un brocart (deux dragons encadrant un symbole de longévité)
 



1er proposition de traduction :
 
ba-huit.JPG duan-partie.JPGjin-brocart.JPG    
Les huit (ba)  pièces (duan) de brocart (jin)  
           Gardons à l’esprit l’image d’un tissu à motif floral de couleurs vives. 



2ème proposition de traduction 

ba-huit.JPGduan-satin.JPGjin-brocart.JPG
Les huit (ba) de satin  (duan) de brocart (jin)  



Deuxième caractère dont la transcription phonétique est jin
jin-or.JPGCet idéogramme signifie Or. Précieux (comme l’or) ; Doré ; jaune comme l’or. Métal. Métallique Dur ; résistant comme le métal (Ricci 941)
 

Les deux sens possibles pour jin ; brocart et or ont ceci en commun, les fils d’or ou d’argent, (de métal précieux) utilisés pour les motifs brodés. Ces trésors nous font évidemment penser aux trois trésors de l’alchimie taoïste : 

Jing, Qi, et  Shenjin-g-essence.JPGqi-souffle.JPGshen-esprit.JPG


          Ces trois trésors correspondent à une étape de la transformation intérieure selon la voie taoïste :

·          l’essence (jing) est sublimée au niveau du dantian inférieur (zheng dantian) et se transforme en souffle  (qi)
·          le souffle (qi) est sublimé au niveau du dantian médian (zhong dantian), pour se transformer en énergie spirituelle (Shen)
·          l’énergie spirituelle (Shen) est sublimée au niveau du dantian supérieur (shang dantian)
et retourne à la vacuité (xu)
  


          Nous trouvons aussi qualifiés de trésors, une série d’objets rattachés au bouddhisme mais qui contiennent des objets de lettrés. Cette série de 14 objets (quatorze trésors ou trésors divers) étaient à l’origine composée de huit objets, nommés huit trésors ou huit objets précieux (ba bao), symboles de porte-bonheur.[4] Ces trésors sont utilisés comme motifs de décoration sur les objets de décoration (vaisselle, habillement, boites, théière …)
bouddha-lingot-argent.JPGUn bouddha portant un lingot d’argent
 


Voici ces 14 trésors :

 

Perle précieuse, bao zhu
         Sapèque, Gu Qian
Rhombe double, Ling Fang
Lithophone, Qing
Livres, Shu Ben
Corne de rhinocéros, Xi Jiao
Feuille de bananier, Jiao Ye
Rouleaux de peinture, Hua
Tripode, San Jiao Ding
Lingot d’argent, Yin Ding
Nuage bénéfique, Xiang Yun
Champignon d’immortalité, Ling Zhi
Feuille d’érable, Feng Ye
Feuille d’achillée, Ou Shi Cao

assiette-maestrickt.JPGQuelques uns de ces trésors sur cette assiette société céramique Maestrickt

 


 3ème proposition de traduction :

ba-huit.JPGduan-partie.JPGjin-or.JPGLes huit (ba)  morceaux (duan)  précieux (jin).

          En effet, ces exercices sont précieux pour la santé.



4ème proposition de traduction 

ba-huit.JPGjin-or.JPGLes huit (ba) trésors (jin)
          En posséder huit (trésors) n’est-ce pas être immensément riche ?


Troisième caractère dont la transcription phonétique est jin
soie-rouge.JPGIl signifie Pièce de soie rouge (Ricci 933)
 



5éme proposition de traduction :

ba-huit.JPGduan-partie.JPGsoie-rouge.JPGles  huit (ba) pièces (duan) de soie rouge (jin
  
 
 
Autre sens prêté à ba duan jin
 
Nous avons mis cette proposition à part étant donné qu’elle est absolument différente des précédentes, pour plus de clarté, voici cette autre série de caractères. Ceci a été rapporté par Maître Liang chao qun dans une interview, il affirme que son maître Wan Laisheng lui a livré cette autre interprétation. Voici les idéogrammes et leurs sens : 
 
Ba ba-tirer.JPGsignifie Tirer (de bas en haut) ; tirer de ; extraire ; arracher ; (fig.) extirper (Ricci 3731)

Duan duan-tirer.JPGsignifie Couper ; trancher ; casser ; briser ; rompre ; séparer (Ricci5308)
Jin  jin-tendon-copie-1.JPG signifie Tendon ; muscle ; (rarement nerf)
Force musculaire ; force physique (Ricci 931)
 

          Le sens des idéogrammes met fortement l’accent sur la fonction musculaire. L’action d’étirer et de briser peut s’agir de développer à l’extrême les qualités musculaires, force et souplesse.
 
 
 
6éme proposition de traduction pour les idéogrammes :
ba-tirer.JPGduan-tirer.JPGjin-tendon-copie-1.JPGDévelopper (ba duan)  force et souplesse (jin) 


 
          Ces différentes propositions nous livrent une palette large des sens qui peuvent être attribués à cet enchaînement. Nous trouvons pêle-mêle les images suivantes :
           
  • La brillance de la soie
  • Les métaux précieux (or et argent)
  • Le rouge (associé au sang, aux muscles)
  • La force musculaire 
 
          L’énergie du métal est très présente (or, argent, ce qui brille ……), l’énergie du bois se manifeste dans la fonction musculaire ; force et souplesse.
 
[1] 18 A correspond à la classification des primitives selon Wieger voir Wieger caractères chinois Taichung 1978
[2] Voir bonheur, bonheurs par Vivien Sung édition Seuil chronicle
[3] « Tissus d’intérieur »C. Clifton-Mogg Minerva 2003
[4] Voir p 208 dans « Le magot de Chine » Situ Shuang éd You-Feng 2001

    
Lire la suite

Song jing

16 Février 2021 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

Song Jing appartient aux principes animant la pratique du taiji quan, les images contenues dans les idéogrammes exprimant cette notion peuvent nous aider à élargir notre compréhension de ce principe présent non seulement dans la tradition du taiji quan mais bien au-delà dans d'autres disciplines ou écoles.

  

Le caractère Song   SONG-d-tendu.jpg

 

 Etymologie

 Composé au-dessus de Biao   Biao-echevel-.JPG signifiant cheveux longs et flottants (Wieger 113)

 

 arbre-toujours-vert.jpgEt au-dessous de Song Song.JPGsignifiant conifères  (Wieger 18) arbres verts en général (série phonétiques 380 Wieger)

  

Définition 

Cheveux épars ; échevelé

Peu serré ; lâche ; détendu ; desserré ; détendre ; relâcher (Ricci 4590)     

L’image de cheveux libres exprime l’idée de se mettre à l’aise, de se défaire, de déserrer des liens, de se délasser comme lorsque l’on arrive chez soi et que l’on se met « à l’aise ». L’idéogramme Song contient l’image d'un végétal toujours vert lié à l'élément bois, image de la jeunesse, de la souplesse et du début de la pratique.

  

Caractère Jing     jing.jpg

 

 Etymologie   

Composé à gauche de Shui Shui-eau.JPGcours d ‘eau, eau (Wieger 12)      
Et à droite de   Zheng Zheng-lutter.JPGsignifiant tirer en sens contraire ; se disputer ; lutter (Wieger 49)

 

Définition

 Propre, pur, limpide, purifier, nettoyer, laver, dépouiller entièrement, vider, vide, nu, net

 (Ricci 972) 

Les caractères Song et Jing expriment donc deux notions ; tout d'abord le relâchement, il est obtenu par plus de naturel, par un retour à plus de spontanéité (l’image de cheveux défaits, libres) en deuxième nous trouvons l’action de l’eau ;  nettoyer, vider, éliminer les tensions physiques et psychiques afin de favoriser l'action.

 

Wang Yen Nien a également utilisé l’expression suivante ; 

Fang SongFang--rel-cher-lib-rer.JPGSONG-d-tendu.jpg
                 
        

afin d’exprimer cette même notion.

    

Fang  Fang--rel-cher-lib-rer.JPGsignifie :

Paître faire paître, relâcher, lâcher, laisser aller, donner libre cours à (Ricci 1532)

 

Ici, l’association des idéogrammes Fang et Song exprime un renforcement du relâchement par le biais du doublement de caractères exprimant la même chose ou presque ; Fang Song c’est relâcher et relâcher encore ou plus simplement deux fois lâcher .

   

 « Il faut être relâché jusqu'à ce que le corps soit vide de toute tension musculaire. La pensée, elle, reste vive. Si l’esprit est vif, mais le corps ni souple ni relâché, on ne peut dépasser les limites imposées par la force externe et physique » Wang Yen Nien extrait de « Concepts importants sur le tui shou » 

    

Cette notion de relâchement n’est donc pas propre au taiji quan, nous le trouvons revêtu d’une aussi grande importance dans la tradition du Ling Bao Ming à travers un exercice issu des yi yin fa de cette école présentant quatre principes donc celui qui nous occupe : « Utiliser le minimum d’effort pour obtenir le maximum d’effet » Shi Ban Gong Bei [1] Ce premier principe est une porte d’entrée de la pratique, mais il ne s’agit pas uniquement d'une recherche d'une détente physique, Taisen Deshimaru parle du principe de Sutemi [2] qu’il présente comme le fait « d’ abandonner le corps et d’ abandonner l’esprit », c’est aussi pour lui l’oubli de l’ego. L’action s’effectue sans force physique ni mentale, le but semble s’évanouir pour aboutir à la conscience de l’instant, présent aux gestes, présent aux choses, à « l’ici et maintenant » cette force vécue dans l’instant présent est une des conséquences du relâchement physique et psychique.

 

Dans l’étude des "quatre principes" du Ling Bao Ming, le principe de « minimum d’effort pour résultat double » inaugure "l'enchaînement des quatres principes", il est suivi par le principe Bao Kuo "ici et maintenant" mis en relation avec un mouvement descendant relié au mouvement du métal, marqué par le dépouillement ; ce dépouillement c’est l’ego qui s’évanouit.

 L’école Hakko Ryu a une proposition très proche de la précédente et place également ce « lâcher prise » en première lieu  dans sa phase d’étude, il s’agit d’une maxime très semblable à celle du Ling Bao Ming, voici cette sentence :

 La capacité de concentration d’énergie et d’action directe ; (3)agir avec moins d’effort pour plus d’efficacité, en bas de cet article le détail de ces principes.

  Elle rejoint la formule favorite du créateur du judo (littéralement voie de la souplesse) ; Jigoro Kano qui était « Seiroku Zenyo » (meilleur usage de l’énergie)  Ce principe est enraciné dans la pensée asiatique depuis bien longtemps, on en trouve trace dans un des textes les plus importants du taoïsme le Zhuang Zi, on attribue à Kung Fu Zi (Confucius) cette sentence en tout point semblable au principe commun  des écoles du Hakko Ryu Ju Jitsu, du  Ling Bao Ming et du judo.

 

« Agir avec le minimum d’effort et obtenir le maximum de résultats, telle est la voix du saint »

 

 

En utilisant le minimum d’effort physique et mental, l’énergie circule mieux. La dureté, les tensions freinent la circulation de l’énergie. C’est pour cette raison que nous trouvons ce principe dans ces différentes écoles traditionnelles alliant martial et santé. L’idée consiste à utiliser l’énergie (Qi ou Ki en japonais) plutôt que la force (LI)

 

Terminons cette étude (plutôt cette ébauche ou introduction par rapport au sujet) par deux phrases et laissons les résonner en nous afin de nous amener ainsi à réfléchir à comment obtenir plus de relâchement dans notre pratique, la première est une déclaration de Koichi Tohei Sensei 10ème dan d’aikïdo rapporté par B.Bordas, la deuxième est de  Zheng Manqinq le maître aux cinq excellences.

  

« L’attitude naturelle du corps est la décontraction, regardez les félins. Pour cela il faut que nous (l’esprit) soyons détachés. Si l’esprit se crispe, le corps se crispe. Le corps n’est que le reflet de l’esprit » Koichi Tohei

              

« Etudier le taiji c’est apprendre à se relâcher » Zheng Manqing

  

 ____________________________________________________

Sources :

Bulletin de l’amicale du Yangjia michuan n°27

Caractères chinois L. Wieger

Dictionnaire français de la langue chinoise Institut Ricci

Yangjia Michuan taiji quan Tome 1 C.Jeanmougin Editeur Ecole Française de taiji quan

http://zhongwen.com

http://www.passion-ninjutsu.com/  

A lire pour en savoir plus :

p 43-50 Les principes essentiels du taiji quan C.Jeanmougin GRDT

Annexe : Source SHIATSU MODULE 1 ARTEC P.JASINSKI

        5 principes essentiels Hakko Ryu 
 
 

[1] Voir Traité d’énergie vitale G.Charles p 133-142 et Principes du Dao Yin Fa J.L Saby revue Wen Wu n°1
[2] P80-82 Zen et arts martiaux Taisen Deshimaru 
(3) SHIATSU MODULE 1 ARTEC P.JASINSKI p 40

En savoir plus sur les techniques inspirées par ce principe :
Lire la suite

Le point yong quan (yong k'iuan ou yong ts'iuan)

9 Février 2021 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

  LE POINT YONG QUAN  (1)

 

 

 Sens de l'idéogramme Yong

Jaillir. Monter ; s’élever ; surgir

(Ricci 5874)

  yong--jaillir.JPG

 

Sens de l'idéogramme Quan 

Caractère ancien : signifie une source qui jaillit de terre, et s’écoule en filet. Au centre, le jet qui sourd de terre. En haut, l’étalement. Sur les côtés, l’écoulement.  

  Quan-caractere-ancien.JPG

Caractère moderne : Source (pr. et fig.) ; fontaine (Ricci 1386)   

  Quan--source.JPG

   

le caractère moderne est une confection arbitraire 

 

de eau

  Eau.JPG

 et de  pure

 

  pure.JPG

 

Ce dernier idéogramme, lui même composé de (2) 

le soleil

  Ri-soleil.JPG

le soleil qui point . Ce qui est figuré par une petite pointe au sommet. L’aube, alors que l’orient blanchit. Clarté, blancheur

  pure.JPG

 

            Au regard de ces divers éléments, yong quan fait naître l’image d’une eau pure et lumineuse issue de la terre. Cette lumière est semblable à celle qui émane d’une étendue d’eau éclairée par le soleil levant, blanche et brillante. Proposer “source bouillonnante” ou bien “fontaine jaillissante” comme traduction pour yong quan nous convient  parfaitement puisqu'elles reflétent toutes deux la puissance, l'énergie et la pureté d'une eau de source. Il est à noter que l’eau apparaît dans les deux caractères, du reste zu shaoyin, le méridien des reins est également associé à l’élément eau. 

 

Localisation

 

Dans le creux à la jonction du tiers antérieur et du tiers moyen de la plante du pied, point-yong-quan.JPGdans un creux entre 2ème et 3ème articulations métatarso-phalangiennes, en mettant les orteils en flexion plantaire.

 


(1) Ce point est sollicité pendant la pratique des dao yin qi gong et du Yangjia michuan taiji quan, plus particulièrement sur les mouvements dits d'ouverture quand le mouvement se génère vers le haut.

(2) voir Wieger leçon 88  


 Sources :

Caractères chinois Wieger Taichung

Précis d'acupuncture chinoise Editions Dangles


 

Lire la suite

Le point lao gong ou lao kong

2 Février 2021 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

Ce point est sollicité dans la pratique du dao yin qi gong en fonction de techniques particulières :

 

  • massage,
  • concentration sur le point  (appelé psychopuncture par G.Edde)
  • position de la main (paume du dragon)

 

 

Sens des idéogrammes 

 

Lao 

  lao

travailler à la lumière, la nuit, peiner, se fatiguer d’une manière extraordinaire (Wieger 126)

 

Gong 

  gong.JPG

piecePlusieurs appartements sous un même toit toit terme réservé pour le palais impérial depuis les Qin (Wieger 90)

 

Localisation du point Lao gong (maître du cœur 8)

 

  • Au milieu de la paume, entre médius et annulaire, les doigts étant fléchis touchant le métacarpien[1]

 

  • Entre le 2ème et me 3ème métacarpien, là où la pointe du médius touche la face palmaire lorsque le poing est fermé. Propriétés : apaise le cœur, calme la force spirituelle (le Shen), refroidit le sang et arrête l’hémorragie, diminue les œdèmes, soulage les douleurs[2]

 

Indications thérapeutique du point lao gong selon Sun Simiao[3]

 

Bouche amère, bouche sèche, chaleur de la bouche, chaleur de la paume des mains, colère joie et tristesse, diabète, douleurs du coude, douleurs de la gorge, Dysphasie, engorgement de la région thoraco-costale, et claviculaire, éructations incessantes, esprit songeur, exsudat purulent dans la bouche et haleine fétide, Hématémèse, hémorroïdes dues à la chaleur, ictère avec yeux jaunes, inversion du souffle, maladies « chaudes » avec agitation de l’esprit mélancolie et absence de sudation chaleur dans la paume des mains cardialgie corps brulant de fièvre agitation douleur de la base de la langue, maladies « chaudes » contractées depuis trois jours sans avoir pu provoquer la sudation, nausées et vomissements, rit sans cesse, selles continuellement sanguinolentes, vent et chaleur. (Excusez du peu !)

 

C’est sur cette même zone que la main prend appui lors de l’utilisation d’outils, cette zone est fortement sollicitée lors d'un travail manuel. C’est aussi là que l’on s’appuie (sur un manche d’outil afin de se reposer) attitude qualifiée péjorativement de « position du cantonnier ».  

 


 Bibliographie 

Atlas illustré d’acupuncture H.F Ullman

Méditation et santé Gérad Edde

Précis d’acupuncture chinoise Editions Dangles

Prescriptions d’acupuncture valant mille onces d’or traité d’acupuncture de Sun Simiao du VIIème siècle


[1] Précis d’acupuncture chinoise Editions Dangles

[2] Atlas illustré d’acupuncture H.F Ullman

[3] Médecin du VIIème  siècle

 

Lire la suite

Le WU QIN XI Du Docteur Hua Tuo

26 Janvier 2021 , Rédigé par Association Le Bambou Publié dans #LEXIQUE

« Quant au médecin Hoâ-t’ouo, qui finit centenaire vers l’an 220 de l’ère chrétienne, sa biographie est répétée deux fois dans l’Histoire. Il éclipsa l’ancien Piên-ts’iao. Il eut certainement connaissance de procédés exotiques, indiens, peut-être grecs. Il pratiquait l’acupuncture, appliquait des moxas, faisait des incisions hardies, après avoir préalablement narcotisé le patient au moyen d’une infusion de chanvre (chanvre indien, haschisch). Il tirait ainsi toutes les humeurs peccantes ; extrayait, rafistolait, rinçait les viscères ; recousait et appliquait une pommade merveilleuse, qui ressoudait les lèvres de l’incision en cinq jours de temps. L’histoire raconte en détail les plus abracadabrants de ses diagnostics. Il faisait vomir à ses malades, pour leur consolation, des couleuvres, des poissons, des insectes ; ce qui donne à penser qu’il était prestidigitateur, et suggestionnait les névrosés, tout comme nos aliénistes modernes. »

Extrait des TEXTES HISTORIQUES
Histoire politique de la Chine
TOME II
Léon WIEGER S. J.

Les annales des Hans postérieurs (25-220apJC) relatent que le docteur Hua Tuo  (111-208) aurait créé une série de mouvements imitant des animaux appelée le Wu Qin Xi (jeu des cinq animaux) Dans cet extrait de sa biographie, Hua Tuo s'adresse à son disciple Wu Pu :

 

« Le corps a besoin de mouvements modérés. En le remuant et le balançant de droite et de gauche, le souffle issu des céréales est convenablement réparti et assimilé. Le sang circule bien, et les maladies ne peuvent pas naître. Il en est du corps humain comme du gond d'une porte qui ne rouille jamais. C'est pourquoi les taoïstes pratiquaient des mouvements gymniques (dao yin) Ils imitaient les mouvements de l'ours, faisaient mouvoir toutes les articulations et les passes du corps afin d'éviter le vieillissement. J'ai moi-même une technique appelée jeu des cinq animaux (wu qin xi) c'est-à-dire le tigre, le cerf, l'ours, le singe et l'oiseau. Elle permet d'éliminer les maladies et  d'accroître le bon fonctionnement des membres inférieurs. Dès qu'un désordre est ressenti dans le corps, il convient d'exécuter le jeu d'un animal jusqu'à transpiration. Si l'on transpire beaucoup, il convient de s'enduire le corps de poudre. Après cela, le corps devient léger, vigoureux et l'appétit revient »

 

WU QIN XI  Synthèse de plusieurs écoles

BOIS

FEU

TERRE

METAL

EAU

Tigre

Léopard ou Dragon ou Serpent ou Cerf

Ours

Grue ou Cigogne ou Aigle

Singe

 

 

 

 

 

 

WU

 

Les deux principes yin et yang, produisant les cinq agents, entre le ciel et la terre

(Wieger 39)

 

 

 

 

Caractères anciens

 

Cinq ; signe numérique. Cinq agents naturels  (quatre bras et le centre)[1]

 

 

On ajouta deux traits, pour figurer le ciel et la terre

 

 

 

Remarquons l’influence des cinq agents ou cinq mouvements  au vu de l’importante liste en rapport avec les cinq éléments, excusez du peu, (voir Ricci 5559) :

 

  • Les cinq vertus
  • Les cinq dynasties
  • Les cinq préceptes bouddhistes
  • Les cinq livres classiques ; Yi Jing, livre des Odes, Canon des documents, Mémoires sur les rites, Chronique de la principauté de Lu.
  • Les cinq souillures (bouddhisme)
  • Les cinq animaux domestiques
  • Les cinq viscères
  • Les cinq points cardinaux
  • Les cinq classes de deuil
  • Les cinq bonheurs
  • Les cinq peines
  • Les cinq planètes
  • Les cinq éléments
  • Les cinq lacs et les quatre mers
  • Les cinq céréales
  • Les cinq douleurs
  • Les cinq relations sociales
  • Les cinq péchés (bouddhisme)
  • Les cinq couleurs
  • Les cinq notes
  • Les cinq pouvoirs surnaturels (bouddhisme)
  • Les cinq saveurs
  • Les cinq désirs (bouddhisme)
  • Les cinq pics

 

 

 

 

 

 

QIN

 

Animaux sauvages

 Oiseaux ; volatiles

 

(Wieger 23) 

Arrêter ; saisir, capturer

(Ricci 954)

QIN

SHOU

 

oiseaux et quadrupèdes (animaux)

(Wieger 23)

 

 

 

 

Xi  

 

jouer

 

(Ricci 1791

 

 

 

 

 

 

[1] On peut le voir également comme une figure représentant  un observateur placé au centre, regardant devant soi, derrière, sur sa gauche et sur sa  droite.

Lire la suite

Yang Sheng ; nourrir la vie

19 Janvier 2021 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

LES ORIGINES

 

Bien avant notre ère, en Chine, les phénomènes énergétiques furent mis à jour et étudiés. Des sages et des médecins [1] emprunt de taoïsme cherchèrent à optimiser ces échanges grâce à des exercices combinant postures, mobilisations, massages, techniques respiratoires et induction mentale. S’appuyant sur ces méthodes, on peut distinguer deux grands courants[2] se définissant ainsi :

 

 

  • Le premier relevant de yang sheng (se maintenir en bonne santé, nourrir en soi le principe vital, Ricci 5652)
  • Le second de chang cheng (longue vie, longévité, immortalité, vie éternelle, Ricci 213)

Il semble difficile de savoir laquelle de ces sources a pu être prédominante, elles ont quelquefois emprunté le même chemin. Nous nous attacherons plus particulièrement ici à définir l’expression yang sheng.

YANG SHENG ; IMAGES ET SENS

L’étude de l’idéogramme yang fait apparaître la notion de nutrition.

Yang 

Ricci (5652) nourrir, élever, engendrer, enfanter, éduquer, former, cultiver.

La partie inférieure du caractère est l’abréviation classique du caractère Xiang qui signifie grain cuit, ce caractère contient plusieurs images ; un récipient, son contenu et une cuillère (voir Wieger 26 M)

Sheng 

Ricci (4331) Se produire, naître, se former, croître, mettre au monde, engendrer, enfanter, produire, susciter mais aussi naturel, non éduqué, brut…

Wieger (79 F) plante qui s’élève de plus en plus.

Le pictogramme sheng symbolise le végétal, vecteur de croissance et de vie, son tracé représente une plante sortant de terre ; ces petites pousses d’un vert vif que l’on voit apparaître dès que le temps s’adoucit. C’est dans le même temps l’émerveillement d’une naissance et la surprise d’une renaissance. Cette pousse contient tout un potentiel ; développement, épanouissement, et décrépitude ; vie, mort, et renaissance. Ce cycle vital s’exprime en énergétique chinoise à travers le cycle sheng dans lequel les cinq mouvements encore appelés « éléments » s’engendrent suivant cet ordre ; le bois nourrit ou engendre le feu, le feu nourrit la terre, la terre engendre ou contient le métal, le métal engendre l’eau, l’eau engendre le bois. Le tableau qui suit résume les âges de la vie et leurs rapports avec ces mouvements énergétiques [3]

 AGES DE LA VIE ET MOUVEMENTS ENERGETIQUES

 

 

MOUVEMENTS

ENERGETIQUES

 

 

PERIODES DE LA VIE

 

CARACTERISTIQUES

BOIS

ENFANCE/ADOLESCENCE

NAISSANCE/CROISSANCE

FEU

ADULTE

CULMINATION DES FORCES

TERRE

MATURITE

EPANOUISSEMENT HARMONIEUX DE TOUS LES POTENTIELS

METAL

VIELLESSE

RECOLTE DES ACTES PASSES DECROISSANCE DES FORCES PERTE DES DYNAMISMES RETOUR SUR SOI

EAU

MORT

CONSERVATION STAGNATION DECREPITUDE EXTINCTION

 

Pour un individu, yang sheng signifie, nourrir son potentiel vital tout au long des étapes de sa vie. Les pratiques qui se rapportent à yang sheng pourront prendre des formes et des intensités différentes suivant les personnes, selon leur âge, leur condition physique, leur goût, l’environnement social etc. Il peut donc être bon d’avoir recours à un bilan énergétique personnalisé.

Daruma (en japonais) Guanyin (en chinois) Musée G.Labit Toulouse

IMMORTALITE ET SANTE

 

Chang sheng était en relation avec l’alchimie corporelle taoïste qui se composait de techniques respiratoires et de techniques sexuelles destinées à créer un « être » immortel. Celle longue vie ou cette vie éternelle désirée était le but des adeptes de la doctrine taoïste. yang sheng semblait constituer une première étape pour celui qui était tenté par l’immortalité, cette voie nécessitait tout d’abord d’être en bonne santé. Les formes modernes de qi gong auraient été directement inspirées de ces antiques méthodes. Pour C.Despeux, le qi gong serait l’appellation moderne de yang sheng, il est probable que l’entrée dans le monde moderne a participé à ce processus de mise en oubli, notons qu’on peut pourtant trouver actuellement cette expression associée à un exercice ou à une école de qi gong[4]

 

L’UNITE CORPS/ESPRIT

 

Yang sheng ne se résume pourtant pas à quelques exercices gymniques, les textes du taoïsme et de la tradition médicale chinoise décrivent principes et méthodes de bien-être et de longévité. Le plus connu des écrits en matière médicale, le nei jing su wen comprend dans son premier chapitre intitulé « Vérité sur les anciens »[5] la description par Qi Bo (conseiller de l’empereur Huang Di) des règles de vie des anciens. Ceux-ci vivaient jusqu’à plus de cent ans[6], mais déjà à l’époque de Huang Di [7], la plus part des hommes ne respectaient plus ces préceptes et se contentaient par voie de conséquence d’une vie plus courte. Voici un extrait de ce premier chapitre :

 

« Les hommes de jadis

Etaient des sages qui obéissaient au Tao,                                                        

La loi universelle du Yin-Yang

Seule règle de vie possible.

Ils buvaient et mangeaient modérément,

Se couchaient et se levaient à des heures régulières,

Vivaient sans désordre et sans perturbations,

Ils avaient la notion des relations

Entre le corps et l’esprit

Et remplissaient parfaitement la durée de vie »

 

 

La totalité du chapitre 1 et en partie les suivants s’étendent sur ces sages et sur leurs usages en matière de règles de vie. Celles-ci inspirent toujours actuellement des auteurs tel que Liu Zhengcai qui dans un ouvrage consacré[8] aux secrets de la longévité délivre ses conseils avisés ;

 

L’obéissance à la loi du yin –yang (suivre le rythme des saisons)

Pratiquer en douceur le shu shu (gymnastique psychosomatique)

S’alimenter avec retenue

Mener une vie régulière

Ménager les énergies vitales

Vivre en joyeuse compagnie

Pratiquer la vertu

Pratiquer la sagesse.

 

Ces deux textes se ressemblent en tous points, ils démontrent l’énorme impact du nei jing sur la chine actuelle. Les conseils qui en émanent, expriment un certain « bon sens » certainement assez proche de nos anciens (ceux de nos campagnes). Si ceux-ci ne connaissaient pas le yin-yang, ils vivaient pourtant bien en fonction des saisons et de la nature. Soulignons la sagacité des chinois d’avoir su conserver ces recettes de santé malgré l’influence du progrès et de la science[9]. Celles-ci dépassent les simples notions d’entretien et d’hygiène corporelle, si nous avons pu au début de ce texte parler de l’influence du taoïsme, ici celle du confucianisme est présente, savoir entretenir des bonnes relations avec sa famille et son entourage appartient aux règles de maître Kong (Confucius), voici un extrait de la pensée du maître[10]

« Un jeune homme dans la maison, doit aimer et respecter ses parents. Hors de la maison, il doit respecter ceux qui sont plus âgés et d’un rang plus élevé que lui. Il doit être attentif et dans ses paroles ; aimer tout le monde, mais se lier plus étroitement avec les hommes d’humanité. Ces devoirs remplis, s’il lui reste du temps et des forces, qu’il les emploie à l’étude des lettres et des arts libéraux »[11]

Cette harmonie entre les êtres était partagée par d’autres, selon Wu Pu, disciple du célèbre médecin Sun Si Miao, il suffisait afin de vivre longtemps, de bannir le gain, la débauche, l’avidité, les excès de table, la déloyauté et la jalousie.

La médecine chinoise considère deux sources de troubles, les uns d’origine externe, les autres d’origine interne. Les maladies externes sont occasionnées par des agents extérieurs, tels les virus par exemple tandis que les maladies internes sont engendrées par nos propres émotions et sentiments, les dérèglements émotionnels influeraient sur la circulation du sang et de l’énergie, d’où l’importance donnée au développement à la gestion des sentiments et au développement des qualités morales.

Nourrir la vie c’est donner des nourritures variées et adaptées au corps et à l’esprit et ceci en fonction de son activité, de son âge, et de ses goûts. Mais c’est bien plus que l’obtention d’une paix ou d’une harmonie intérieure que l’on pourrait qualifier d’égoïste s’il n’y avait pas également la recherche de relations harmonieuses avec les autres.

__________________________________________________

[1] Un certain nombre de taoïstes furent des médecins influents tels Ge Hong, Hua Tuo ou Sun Si Miao

[2] D’autres pratiques se sont développés parallèlement à ces deux courants ; parmi elles les pratiques familiales, les pratiques issues du bouddhisme, et aussi les écoles martiales

[3] Voir p 139-147 J.M Eyssalet les cinq chemins du clair et de l’obscur Guy Trédaniel Editeur

[4] Dao yin yang sheng gong de Zhang Guangde

[5] P 29 Nei Tching Sou Wen traduit du chinois par J.A. Lavier PARDES

[6] C’est aussi la préoccupation de notre époque, les centenaires sont plus nombreux, les conditions de vie et d’hygiène y contribuent certainement.

[7] 2697 avant J.C.

[8] Liu Zhengcai les secrets de la longévité Editions en langues étrangères Beijing

[9] Les progrès de la science contribuent également dans une certaine mesure à augmenter la longévité, la médecine chinoise moderne a su conserver les méthodes traditionnelles de soins. Celles-ci cohabitent avec les méthodes les plus modernes.

[10] Chapitre premier Entretien du maître avec ses disciples traduction S.Couvreur Mille et une nuits

[11] Selon Confucius, les arts libéraux étaient au nombre de six ; les rîtes et la musique, l’écriture et la science des nombres, la conduite du char et le tir à l’arc.

Lire la suite
Lire la suite
1 2 3 > >>