Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ASSOCIATION LE BAMBOU

Le WU QIN XI Du Docteur Hua Tuo

26 Juillet 2017 , Rédigé par Association Le Bambou Publié dans #LEXIQUE

« Quant au médecin Hoâ-t’ouo, qui finit centenaire vers l’an 220 de l’ère chrétienne, sa biographie est répétée deux fois dans l’Histoire. Il éclipsa l’ancien Piên-ts’iao. Il eut certainement connaissance de procédés exotiques, indiens, peut-être grecs. Il pratiquait l’acupuncture, appliquait des moxas, faisait des incisions hardies, après avoir préalablement narcotisé le patient au moyen d’une infusion de chanvre (chanvre indien, haschisch). Il tirait ainsi toutes les humeurs peccantes ; extrayait, rafistolait, rinçait les viscères ; recousait et appliquait une pommade merveilleuse, qui ressoudait les lèvres de l’incision en cinq jours de temps. L’histoire raconte en détail les plus abracadabrants de ses diagnostics. Il faisait vomir à ses malades, pour leur consolation, des couleuvres, des poissons, des insectes ; ce qui donne à penser qu’il était prestidigitateur, et suggestionnait les névrosés, tout comme nos aliénistes modernes. »

Extrait des TEXTES HISTORIQUES
Histoire politique de la Chine
TOME II
Léon WIEGER S. J.

Les annales des Hans postérieurs (25-220apJC) relatent que le docteur Hua Tuo  (111-208) aurait créé une série de mouvements imitant des animaux appelée le Wu Qin Xi (jeu des cinq animaux) Dans cet extrait de sa biographie, Hua Tuo s'adresse à son disciple Wu Pu :

 

« Le corps a besoin de mouvements modérés. En le remuant et le balançant de droite et de gauche, le souffle issu des céréales est convenablement réparti et assimilé. Le sang circule bien, et les maladies ne peuvent pas naître. Il en est du corps humain comme du gond d'une porte qui ne rouille jamais. C'est pourquoi les taoïstes pratiquaient des mouvements gymniques (dao yin) Ils imitaient les mouvements de l'ours, faisaient mouvoir toutes les articulations et les passes du corps afin d'éviter le vieillissement. J'ai moi-même une technique appelée jeu des cinq animaux (wu qin xi) c'est-à-dire le tigre, le cerf, l'ours, le singe et l'oiseau. Elle permet d'éliminer les maladies et  d'accroître le bon fonctionnement des membres inférieurs. Dès qu'un désordre est ressenti dans le corps, il convient d'exécuter le jeu d'un animal jusqu'à transpiration. Si l'on transpire beaucoup, il convient de s'enduire le corps de poudre. Après cela, le corps devient léger, vigoureux et l'appétit revient »

 

WU QIN XI  Synthèse de plusieurs écoles

BOIS

FEU

TERRE

METAL

EAU

Tigre

Léopard ou Dragon ou Serpent ou Cerf

Ours

Grue ou Cigogne ou Aigle

Singe

 

 

 

 

 

 

WU

 

Les deux principes yin et yang, produisant les cinq agents, entre le ciel et la terre

(Wieger 39)

 

 

 

 

Caractères anciens

 

Cinq ; signe numérique. Cinq agents naturels  (quatre bras et le centre)[1]

 

 

On ajouta deux traits, pour figurer le ciel et la terre

 

 

 

Remarquons l’influence des cinq agents ou cinq mouvements  au vu de l’importante liste en rapport avec les cinq éléments, excusez du peu, (voir Ricci 5559) :

 

  • Les cinq vertus
  • Les cinq dynasties
  • Les cinq préceptes bouddhistes
  • Les cinq livres classiques ; Yi Jing, livre des Odes, Canon des documents, Mémoires sur les rites, Chronique de la principauté de Lu.
  • Les cinq souillures (bouddhisme)
  • Les cinq animaux domestiques
  • Les cinq viscères
  • Les cinq points cardinaux
  • Les cinq classes de deuil
  • Les cinq bonheurs
  • Les cinq peines
  • Les cinq planètes
  • Les cinq éléments
  • Les cinq lacs et les quatre mers
  • Les cinq céréales
  • Les cinq douleurs
  • Les cinq relations sociales
  • Les cinq péchés (bouddhisme)
  • Les cinq couleurs
  • Les cinq notes
  • Les cinq pouvoirs surnaturels (bouddhisme)
  • Les cinq saveurs
  • Les cinq désirs (bouddhisme)
  • Les cinq pics

 

 

 

 

 

 

QIN

 

Animaux sauvages

 Oiseaux ; volatiles

 

(Wieger 23) 

Arrêter ; saisir, capturer

(Ricci 954)

QIN

SHOU

 

oiseaux et quadrupèdes (animaux)

(Wieger 23)

 

 

 

 

Xi  

 

jouer

 

(Ricci 1791

 

 

 

 

 

 

[1] On peut le voir également comme une figure représentant  un observateur placé au centre, regardant devant soi, derrière, sur sa gauche et sur sa  droite.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article