Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ASSOCIATION LE BAMBOU

Le shi san shi du style Yangjia michuan taiji quan

5 Octobre 2017 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #QU'EST-CE QUE LE TAI JI QUAN (tai chi chuan)

 

 

          A la question qui inventa le shi san shi du yangjia michuan, Wang Yen Nien répondait que c’était son maître Zhang Qinlin qui était le créateur de cet enchaînement[1] Celui-ci est proposé comme étude préliminaire à celle du grand enchaînement en trois parties. Il servit aussi de base à un enchaînement crée par Wang Yen Nien et un comité de professeurs dans les années 1970, ceci à la demande de l’association nationale de taiji quan de Taiwan (ROC), cette forme est toujours pratiquée et enseignée à Taiwan  par certains enseignants de l’association ROC.[2]

 

          Le shi san shi[3] du style yangjia michuan taiji quan se compose de trois séquences de mouvements exécutées chacune dans quatre directions. Nous pourrions qualifier ce shi san shi de forme aux treize directions, le pratiquant fait face à deux reprises à chacune des 4 directions cardinales en exécutant les deux premières séquences, puis à chacune des 4 directions diagonales en effectuant la troisième séquence pour enfin revenir face à la direction de départ ; le tout donnant treize changements de direction. Soulignons que les séquences de mouvements sont exécutées alternativement à droite et à gauche, L’équilibre du travail corporel entre gauche et droite ne se retrouve pas d’une manière aussi prononcé dans le grand enchaînement où seulement une partie des gestes est exécutée aussi bien à gauche qu’à droite.

 

          Cet enchaînement est doublement marqué par le chiffre treize [4] par l’organisation de cette troisième séquence qui à elle seule pourrait constituer un « shi san shi ». En effet, s’il y a une séquence de mouvements qui peut représenter les 13 mouvements ou 13 postures c’est bien celle-ci. Cette diagonale contient les gestes Peng, Lu, An, Ji, Cai, Lie, Zhou, et Kao exécutés dans cet ordre, le même ordre que celui décrit dans le texte du Traité sur le taiji quan  attribué à Zhang Sanfeng. Elle contient également les cinq déplacements associés aux cinq éléments ;

  • Jin bu ou pas en avant déplacement contenu dans les trois premiers gestes de cette séquence
  • tui bu ou pas en arrière contenu dans les gestes peng, lu et an de la même séquence
  • zuo gu ou pas à gauche contenu dans les changements de direction vers la gauche
  • you pan ou pas à droite dans les changements de direction vers la droite
  • zhong ting ou rester au centre contenu dans le geste peng  suite aux quatre gestes vers l’avant

          Pour cela, cette troisième séquence du shi san shi du style yangjia michuan pourrait constituer à elle seule un shi san shi. Wang Yen Nien intégra la pratique à deux de cette troisième séquence aux exercices de base de tui shou du style yangjia michuan taiji quan Cet exercice appelé  Ba Fa (huit techniques) est donc devenu le 15éme exercice de base de tui shou du style.

 

 

          Ces cinq déplacements du "traité du taiji quan" sont en rapport avec la dimension martiale du taiji quan, nous pouvons également considérer ces cinq directions dans un rapport avec nous-mêmes.

 

Avancer serait en relation avec la face

reculer avec le dos

se déplacer vers la gauche  serait en relation avec le côté gauche du corps

se déplacer vers la droite avec la partie droite du corps

se fixer au centre serait en relation avec l’axe corporel

 

          Le tout consiste à chercher à s’équilibrer entre l’avant et l’arrière, la gauche et la droite et aussi entre le haut et le bas, c'est ce que Georges Charles résume par ces deux termes : «agir centré » ou bien encore « méditer ».


[1] Nous avons pu voir une version filmée en 1971 à Taiwan assez différente de la version classique, elle différait notamment sur le nombre de séquences, sur certains gestes et sur les directions. Etait-elle encore en maturation à cette époque ?  Sur ce sujet, est-ce que quelqu’un en sait plus ?  Des éléments de réponse sur le site Yen Nien rapportés par Julia Fairchild (traduction Du Yu)        http://www.ymti.org/fr/int/YMT_13_Postures.php

[2] Voir à ce sujet http://forum.grtc.org/viewtopic.php?p=2156&highlight=

[3] Le style Yangjia Michuan n’a pas l’apanage de cet enchaînement, d’autres écoles proposent un enchaînement relié aux 13 mouvements. Le premier enchaînement de l’école Chen ; le Diyilu est appelé également shisan shi. Maître Liang Chao Qun enseigne une forme de taiji quan nommée « les 13 mouvements du taiji quan »

[4] Rappelons que les 13 mouvements se comprennent comme l’addition du chiffre  huit et du chiffre cinq, le huit représentant les 8 trigrammes, le cinq les 5 éléments

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thierry Lambert 16/11/2010 21:25



QUELQUES PRECISIONS SUR LA CREATION DES 13 POSTURES PAR SERGE DREYER


Je ne fais que reprendre le texte de Serge Dreyer sur ce sujet paru dans le bulletin de l'Amicale du Yangjia michuan taiji quan n°65 de septembre 2010. Voici les propos de Serge :


"D'après G.Lin, elles auraient été créées par Wang Yen-Nien et auraient connues plusieurs versions. Elles auraient fait l'objet d'une recherche commune de tous les enseignants de Taïwan lorsque
WYN présidait la fédération. La version actuelle (?) daterait des années 80.


D'après Li Jin Chuan, mon premier enseignant, c'est lui qui aurait créé cette séquence et qui l'aurait soumise à WYN pour approbation. Le but était d'enseigner une version courte et simplifiée
aux étidiants de la plus grande université de Taïwan.


Mon expérience : j'ai appris cette séquence chez Li Jin Chuan entre mars et août 1976. Je n'ai jamais vu WYN l'enseigner à Taïwan avant 1982. Je lui ai demandé de faire quand je l'ai invité en
France en  1981 car j'avais commençé à l'enseigner à la fin 1978, à Allones (Sarthe). En 1982, je lui ai demandé de l'enseigner, le samedi matin, à Taïpei aux élèves étrangers afin que tout
le monde suive le même cursus.


Quand je l'ai questionné à propos de ces 13 postures, il m'a confirmé que ce n'était pas un enseignement de son professeur (confirmé par la fille de Zhang Quin Lin lors de ma deuxième visite en
Chine). Par ailleurs, WYN nous a invités (Toshiro un japonais et moi même) à assister à plusieurs réunions inter-écoles pour la création d'un curriculum simplifié qui s'inspirerait de tous les
styles en présence à Taïwan. Je ne me souviens pas d'y avoir vu pratiquer les 13 postures."