Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ASSOCIATION LE BAMBOU

lexique

Lire la suite

A lire "Tuishou" sur le blog pratiquerletaichi.over-blog.com

15 Février 2020 , Rédigé par Association Le Bambou Publié dans #LEXIQUE

Qu'est-ce que le tui shou en quelques mots et idéogrammes, à lire sur le blog pratiquerletaichi.over-blog.com. Concis et précis

 

Lire la suite

Yao ; le moteur du mouvement en taiji quan et qi gong (dao yin)

4 Février 2020 , Rédigé par T.Lambert Publié dans #LEXIQUE

Qu’est-ce que la taille ?

 

Ce terme appartient au vocabulaire du taiji quan et du qi gong,  anatomiquement il ne correspond pas à la représentation occidentale de la taille localisée au-dessus des sommets des ailes iliaques du bassin.

 

Etudions l’idéogramme, voici ce qu’en dit  le dictionnaire Ricci :

 

 

  yao

YAO   (5679 Ricci)

Les reins (région lombaire) ; les lombes, la taille

 

 

Remarquons l’association reins et colonne lombaire, en énergétique chinoise les reins sont classés parmi les cinq organes, ceux-ci sont placés le plus bas dans le corps, ils sont donc qualifiés de yin de yin. Etudions les traits placés à droite de l’idéogramme YAO :

 

 
  partie-droite-du-caractere-yao.JPG

signifient : demander, rechercher, vouloir, désirer[1]. 

 

C’est associé aux traits suivants (côté gauche de l’idéogramme YAO) que l’idéogramme YAO prend le sens de reins.

 

  ideogramme-croissant-lunaire.JPG

Signifiant  croissant lunaire entièrement visible[2]

 

La théorie des cinq éléments rattache les reins à l’élément eau, donc par analogie au milieu de la nuit, ce qui explique la lune contenue dans le pictogramme. Les reins et son entité psychique le ZHI (le vouloir) sont le fondement de la vitalité et de la volonté de l’individu. Ceci explique pourquoi YAO qui contient la fonction énergétique des reins puisse être considéré comme le moteur du mouvement dans la pratique des mouvements du taiji quan et du dao yin qi gong.

 

Au sujet de la taille, C.Jeanmougin va plus loin que la définition communément admise, il ajoute deux parties encore à l’ensemble reins/lombaires. Il considère YAO comme une unité comprenant les iliaques (ou bassin), la colonne lombaire, le sacrum, et les articulations coxo-fémorales (les hanches). Cette unité fonctionnelle comme il l’appelle a une part importante dans la construction des mouvements de la forme du taiji quan et dans ses applications comme dans le tui shou. Nous pourrons observer que dans le cas des absorptions frontales, le mouvement de la taille adéquat correspondra à une flexion,  le coccyx se dirigeant vers l’avant en entraînant le reste de la colonne à sa suite (sacrum, lombaires, dorsales…) Pour les absorptions latérales, ce seront les hanches (ou articulations coxo-fémorales) qui participeront principalement au mouvement. Plusieurs actions peuvent se combiner ; flexion de la taille puis rotation des hanches par exemple, la flexion de la taille participe au renforcement de la zone, les muscles se mettant en contraction. Il n’existe pas de mouvements purs mais le plus souvent des synergies de mouvements.

 

 La colonne vertébrale se compose d’un ensemble de vertèbres, de disques articulaires, de ligaments, et de muscles formant schématiquement un tube contenant la mœlle épinière, de celle-ci sortent les nerfs qui vont innerver les tissus à hauteur de chaque vertèbre. Mettre à rude épreuve cette colonne constitue un risque non négligeable de créer des lésions à moyen ou à long terme et ainsi d’altérer sa santé. Que vous puissiez devenir conscient de votre « arbre de vie » représentée par votre colonne ainsi que du fait de l’importance d’en prendre soin tout comme l’ensemble de votre corps, est notre plus grand souhait.

 


[1] p 773 dans Wieger caractères chinois

[2] p 646 Wieger caractères chinois

Lire la suite

Les 5 pas 五 步 wu bu (ou wu pu) sur le blog "pratiquerletaichi.over-blog.com"

21 Novembre 2019 , Rédigé par Association Le Bambou Publié dans #LEXIQUE

A voir ce petit article sur le blog "pratiquerletaichi.over-blog.com" sur le cinq pas utilisés en wushu dont fait partie le taiji quan

Lire la suite
Lire la suite

Ma bu ; posture du cavalier ou pas du cheval

29 Septembre 2019 , Rédigé par Thierry Lambert Publié dans #LEXIQUE

 

Ma ma  Bu bu.JPGCommunément traduit par « posture du cavalier » ou «  pas du cheval ».

 

Pourtant le caractère bu signifie marcher, faire un pas[1], il  traduit donc un mouvement et non pas une posture fixe, ne perdons pas un seul instant que toute posture appartient à un ensemble dynamique, ceci a son importance.

 

 

Description succincte de la posture :

 

           Les pieds sont parallèles, les genoux se portant à l’aplomb des orteils, pour cela il faut ouvrir les entrecuisses (les kuas), la tendance de l’articulation du genou[2] du fait de sa forme provoque lorsque les genoux fléchissent une tendance à l’en-dedans, nous pouvons remarquer ceci chez tous les débutants.

 

           Le coccyx se porte vers l’avant, la tendance générale du corps est la rectitude.

 

           Conserver le maximum d’appui des pieds au sol. Chercher à descendre le centre de gravité situé un peu en dessous du nombril (dantian inférieur, hara) Porter votre attention vers  le centre du corps et les pieds.

 

           Dans les formes de qi gong où cette posture est maintenue dans une optique de santé, il est préconisé de rester le poids du corps également réparti entre les deux pieds. Nous avons pu remarquer dans l’exercice du tir à l’arc (du ba duan jin) que la plupart des débutants portaient spontanément le poids de leur corps dans une seule jambe lorsqu’ils cherchaient « à tirer » dans une direction, ainsi ils ne tombaient pas dans le piège de la « double lourdeur », défaut sans cesse mis en exergue dans la tradition du taiji quan, ils expriment ainsi de manière naturelle l’action du vide et du plein  (lorsque l’action est dans la main droite, la jambe gauche est pleine).

 

         Le maintien prolongé ne peut se réaliser sans risque pour la structure qu'après une longue pratique associée à une écoute attentive du corps.

 

 

Effets de la posture du point de vue énergétique[3] :

 

  •            Actions sur les points jing (extrémités des orteils et points yong quan sous la plante des pieds)

 

  •            Action sur les points yuan situés aux alentours des chevilles, points en liaison avec yuan qi (énergie originelle) stockée dans les reins

 

  •            Action sur le dantian (l’énergie revient au dantian)

 

  •         Nourrit le yin, tonifie les reins, harmonise l’estomac, renforce la rate, fait circuler le foie et la VB

 

Remarques à usage des débutants

 

 

           Adopter un écart entre les deux pieds en accord avec vos possibilités du moment.

 

           Comment réaliser son écart de pieds ?

 

         Fléchissez le corps  en portant le poids du corps dans une jambe "l'idée de remplir la jambe", ensuite déplacer le pied vide sur le côté sans que le corps ne se déplace d’aucune sorte, le poids reste dans la jambe d'appui (cette condition a son importance) l’espace entre les deux pieds sera conditionné par votre possibilité de relâchement, de descente vers la terre.

 

 

         Le poids du corps est également réparti entre les deux pieds, cette posture favorise une certaine stabilité.

 

           Du point de vue de la flexion des genoux (laisser aux tendons et aux muscles le temps de se renforcer) Adopter donc une légère flexion des genoux.

 

           Chercher à acquérir le maximum de contact des pieds au sol et non pas seulement au niveau des tranchants externe des pieds, le poids du corps vient vers la racine des talons, la racine du talon se situant sous l’articulation de la cheville, le poids du corps se répartissant vers toute la surface du pied.

 

           Plier la taille en se relâchant (l’ensemble bassin/colonne/hanches)

 

           Conserver le dos droit, si notre intention est de rechercher le minimum d’effort, équilibrer la position du corps entre l’avant et l’arrière, la gauche et la droite, le haut et le bas, l’intérieur et l’extérieur

 

           Le regard se porte à l’horizon, le regard conditionne l’équilibre en liaison avec l’oreille interne et les mécanorécepteurs.

 

           Conserver les pieds parallèles possède son importance vis à vis de l’action sur les points yuan. Se positionner avec les pointes des pieds ouvertes vers l’extérieur peut satisfaire le pratiquant vis-à-vis du confort ainsi obtenu, par contre cette position n’engage pas d’action sur les muscles des jambes et les méridiens. Ne pas hésiter à diminuer la distance entre les deux pieds afin de pouvoir maintenir les deux pieds parallèles et ainsi bénéficier du maximum d’effet relatif à cette posture.

 

 

 

Exercice 

 

 

Cette posture est souvent mise en relation avec l’élément terre selon la théorie des cinq éléments de l'énergétique chinoise. Afin de confirmer cette affirmation, restez un temps relativement long dans la posture ma bu puis relevez-vous, observez les sensations relevées aux zones les plus sollicitées par cet exercice et reliez-les avec les trajets des méridiens.

 

________________________________

[1] Wieger 112 G

[2] Du fait de la petitesse du condyle interne du genou par rapport au condyle externe

______________________________________________________________

Quelques précisions sur le placement du bassin, des hanches et des fémurs

Prêtez-vous à cet exercice, placez-vous debout, pieds parallèles, écartés de la largeur des épaules et posez l'extrémité de vos doigts sur les faces externes des fémurs, précisément sur les grands trochanters, vous pouvez les sentir sous vos doigts sur les côtés externes des fémurs à hauteur de votre pubis, voici ci-dessous un croquis pour vous guider, sinon placez-vous allongé sur le sol sur le côté, l'endroit sensible sur le côté externe du fémur c'est le grand trochanter

Cherchez à mettre les fémurs en rotation externe, lorsque vous y arrivez, vous pouvez observer les grands trochanters se déplacer vers l'arrière, en même temps que la rotation externe des fémurs, vous pouvez également remarquer une mise en rétroversion du bassin et une flexion des genoux dans la continuité, la région des aines (les kuas) "s'ouvre". Chercher dans cette action le moins d'effort possible, les actions musculaires proviennent des muscles profonds de la hanche (les pelvi-trochantériens), chercher ainsi ce mouvement dans la profondeur du bassin. Le fait d'amener les fémurs en rotation externe favorise le positionnement adéquat pour "s'asseoir" comme on le dit quelquefois.
Un peu plus bas vous trouverez deux articles, l'un sur le kuas consécutif à un stage de Claudy Jeanmougin sur le sujet, et un autre sur Yao (la taille) bonne lecture..

 

_____________________________________________________________________________

Lire la suite
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>