Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ASSOCIATION LE BAMBOU

le style Yangjia michuan taiji quan

24 Septembre 2006 , Rédigé par T.lambert Publié dans #QU'EST-CE QUE LE TAI JI QUAN (tai chi chuan)

  

 

     Yangjia michuan taiji quan  se traduit par : taiji quan de la transmission secrète de la famille Yang. A notre époque, on ne peut plus parler de transmission secrète étant donné le nombre grandissant de pratiquants de ce style. Dans le passé, les secrets d'écoles étaient gardés précieusement, beaucoup de maîtres d'arts martiaux faisaient métier de leur art en garantissant la sécurité de marchandises ou de personnes. Aujourd'hui, selon Wang Yen Nien, le seul secret réside dans la pratique et uniquement dans  la pratique.

 

      Le style du yangjia michuan se caractérise par des postures peu écartées qui permettent une grande mobilité (Zhang Qinlin était un petit gabarit,  Wang Yen Nien l'était également)

      La forme se compose d'une alternance de mouvements ouverts et fermés associés à la technique respiratoire Tu Na (littéralement rejeter, prendre) Les mouvements fermés sont associés à la phase inspiratoire Xi (l'inspiration s'effectue par le nez), les mouvements ouverts sont associés à la phase expiratoire Hu (l'expiration s'effectue par la bouche) Ce type de respiration fait effet de nettoyage, c'est la respiration dîte de printemps.

 

     Dans les mouvements fermés la forme corporelle est ramassée, le corps se remplit d'énergie. Dans les mouvements ouverts, la forme corporelle s'étend, l'énergie est libérée.

  

 
L'enchaînement des gestes s'effectue  sans rupture ni  accélération comme "si l'on dévidait un fil de soie" (ni trop lentement, ni trop rapidement) . L'éxécution du grand enchaînement (Chang quan)  dans sa totalité nécessite  un peu plus d'une heure.  Ce style a la praticularité de proposer une systême complet comprenant des exercices de base, un enchaînement de base (13 mouvements ou 13 postures), une longue forme, des enchaînements d'armes (éventail, épée, perche) du tui shou (poussée des mains) et des Yong Fa (étude des applications martiales)

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article