Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ASSOCIATION LE BAMBOU

Historique de l'école Yang du tai ji quan (tai chi chuan) ; Yang Luchan

31 Août 2006 , Rédigé par T.lambert Publié dans #HISTORIQUE DE L'ECOLE YANG DU TAIJI

 

 

YANG LUCHAN (1799-1872)

 

            A la mort de son père, il s’engage dans une milice de village, puis sur les conseils de son maître, il se présente chez  CHEN CHANG XING (1771-1853) à Chenjiagou où il se fait engager comme serviteur. Il étudie la nuit en cachette en épiant le maître des lieux lorsque celui-ci enseigne à sa famille. Il est évidemment surpris par CHEN CHANG XING qui lui demande une démonstration. Etonné par sa maîtrise, il le prend comme élève et lui apprend même « les secrets de la famille » A propos de ces « secrets », on raconte qu’un soir en rentrant chez lui YANG LUCHAN fût encerclé par une bande de malfrats. Contrairement à ce que l’on pouvait imaginer, il se laisse dépouiller de sa bourse. Enroulé dans son manteau, il laisse les coups tomber sans broncher ; ses agresseurs lassés l’abandonnent ainsi. Le lendemain, YANG LUCHAN vaque tranquillement à ses occupations, tandis que ses adversaires restent cloués au lit. Que serait-il arrivé s’il avait résisté à ses agresseurs ? …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laissons WANG YEN NIEN nous conter une autre histoire ; « Un jour, la maison de la famille CHEN prend feu et le grand-père CHEN reste prisonnier des flammes. YANG LUCHAN  bondît avec une extrême rapidité dans le brasier et ressort avec celui-ci, indemne. La famille CHEN, sous le choc, s’exclame : quel gongfu (habileté) il possède celui-là ! Ils voulurent tous se mesurer à lui, il les bâtit tous »

Maître WANG veut certainement démontrer grâce à cette anecdote que avant même de venir chez les CHEN, YANG LUCHAN possédait déjà des capacités martiales hors du commun. D’après celui-ci, YANG LUCHAN maîtrisait à l’époque une forme de boxe appelée  « hong quan » ce qu’il espionna chez les CHEN était  le Pao quan (forme de poing explosif), YANG LUCHAN en combinant ces deux formes de boxe fit que les CHEN ne purent le battre.

            YANG LUCHAN retourne ensuite au  Heibei et crée « la grande forme » à partir du « hong quan » et du « pao quan » Devenu célèbre, on le surnomme « Yang l’invincible », il est prié d’enseigner à la cour. Il enseigne la petite forme (une forme simplifiée de 81 mouvements ) aux Mandchous (les non-chinois) et la grande forme en secret. Il eut trois fils : YANG BAN HOU, YANG FENG HOU, YANG JIAN HOU. Afin de ne pas risquer de dévoiler les secrets, YANG  LUCHAN enseigne la grande forme qu’à un seul des ses fils, YANG JIANHOU « Transmet à un seulement, pas à deux », ainsi la tradition reste secrète et est donc préservée.

 

_____________________________________________ 

Sources :

Yangjia michuan taiji quan tome 1 et 2

Bulletins de l'amicale du Yangjia michaun taiji quan

Les contes des arts martiaux réunis par Pascal Fauliot

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article